Réseaux antisociaux

Dans cette chronique publiée un mois après l'assassinat de Samuel Paty par un terroriste, le journaliste Daniel Cohen s'inquiète du rôle croissant joué par les réseaux sociaux dans la propagation de la haine. Après avoir esquissé une interprétation psychanalytique du phénomène, il propose, sur un ton prescriptif, des solutions juridiques. Réfutant la thèse selon laquelle les réseaux sociaux doivent être instruments de censure, il propose d'allouer plus de moyens à la justice des pays.

Contributeur
A
Astrid1717
31930 points contributeur
31930

Samuel Paty a été dénoncé sur les réseaux sociaux comme ennemi de l'islam, et cela a suffi pour qu'un assassin se réveille et passe à l'acte. Il y a certes des commanditaires plus ou moins proches de ce dernier qui entretiennent la haine contre la France et ses valeurs, mais la nouveauté de la période que nous vivons doit beaucoup à l'émergence de ce qu'on devrait appeler des réseaux antisociaux. La violence qui s'y manifeste est étourdissante, même sur des sites anodins, qu'ils soient consacrés au sport ou à la vulgarisation scientifique. Pour le sociologue Cyrille Bret, interrogé par "le Monde", la brutalité croissante de la vie politique contemporaine vient en grande partie de cette violence en ligne, où le contradicteur est un ennemi qu'on n'hésite plus à menacer.

En termes freudiens, on pourrait dire que les réseaux sociaux dissocient le sur-moi et le ça, sans médiation du moi. Il y a les réseaux du surmoi, Facebook et Instagram, où l'on se montre le plus beaux possible, où l'on multiplie les selfies souriants, où l'on photographie tout, y compris la nourriture. Et il y a le ça, le siège des pulsions, laissé à lui-même, masqué par l'anonymat, libérant les haines et cruautés qui sommeillent dans la société.

L'islam radical prospère sur ces circuits de haine. C'est sur ces réseaux que se fait le recrutement des terroristes, bien davantage que dans les mosquées. Le mécanisme à l'oeuvre est le même que celui qui prévaut sur les autres sites. Il s'agit de prendre sa revanche sur une société qui vous ignore, de gagner le quart d'heure de célébrité promis par Andy Warhol, de ne reculer devant rien pour attirer l'attention sur soi, y compris par la mise en scène de sa propre mort, une fois commis le crime contre autrui.

La gravité de ce qui se joue sur les réseaux numériques impose de réfléchir à leur régulation. La pire réponse serait de remettre en question la liberté de la presse en général, quand il s'agit en réalité d'en imposer les principes. Ce qu'un journal patenté, avec directeur de publication, n'a pas le droit d'écrire, ne peut être toléré sur le Net. On ne peut traiter quelqu'un de sale Juif ou de sale Arabe sans faire l'objet de poursuites. Ce qui est en jeu n'est pas du côté des principes mais des moyens. Il faut que la loi puisse s'appliquer partout et qu'un juge parvienne à la faire respecter. L'idée selon laquelle ce serait à Facebook ou autre Google de faire leur propre police serait une formidable régression vers une justice privée. C'est au juge de trancher. Il doit accéder à l'identité des auteurs de propos qu'il estime passibles de sanctions et, en l'absence de réponse des hébergeurs, décider de bloquer en urgence le message incriminé. Il faut aussi et peut-être surtout, en pensant très fort à Samuel Paty, que toute personne attaquée ad hominem sur un réseau numérique, et qui s'estime menacée dans son honneur ou dans sa vie, puisse obtenir un jugement en référé ou sur requête, qui permette de retirer sous 24 heures le message qui le menace, ainsi que toutes les traces qui pourraient y conduire. Cela exige une justice dont la vitesse d'exécution soit adaptée au temps numérique. Plutôt que des lois nouvelles, ce sont surtout des moyens supplémentaires, en personnel surtout, qui sont nécessaires. La liberté est à ce prix.

Aidez-nous en contribuant
Une petite explication et on vous rend le texte, promis.
En savoir plus sur le fonctionnement de Communotext

Résumé

Daniel Cohen associe l'assassinat de Samuel Paty à l'émergence des réseaux sociaux, haut lieu de la violence contemporaine. Celle-ci trouve son prolongement dans la brutalité de la vie politique. Le journaliste propose alors une analyse des réseaux sociaux à l'aune de la psychanalyse : Facebook et Instagram seraient les réseaux du "surmoi", et les forums ceux du "ça". Les terroristes islamistes, comme les autres, veulent leur heure de gloire sur les réseaux. C'est pourquoi l'auteur enjoint à la justice, et non aux géants de la tech, d'imposer une régulation de l'expression en ligne. Pour cela, il faut des moyens : des moyens de faire retirer les messages de haine, tout en préservant la liberté d'expression.
Œuvre : L'Obs n°2923 du 5 au 11 novembre 2020
Auteur : Daniel Cohen
Parution : 2020
Siècle : XXIe

Thèmes

réseaux sociaux, haine en ligne, liberté d'expression, justice, terrorisme

Notions littéraires

Narration : Sans objet
Focalisation : Sans objet
Genre : Article, Chronique
Dominante : Argumentatif
Registre : Didactique, Polémique
Notions : thèse, modalisateurs, réfutation, valeurs du conditionnel, argumentation directe, arguments, connecteurs

Entrées des programmes

  • 4e - Agir sur le monde : informer, s’informer, déformer ? - textes et documents issus de la presse et des médias
  • 3e - Vivre en société, participer à la société : dénoncer les travers de la société
  • 3e - Questionnement complémentaire : progrès et rêves scientifiques - texte issu de la presse et des médias
  • 2nde - La littérature d’idées et la presse du XIXe siècle au XXIe siècle

Les figures de style et procédés d'écriture

  • Argument d'autorité
    Charlène B.
  • analogie
    Charlène B.
  • raisonnement concessif
    Charlène B.
Signaler une figure de style/un procédé d'écriture

Approfondir les notions littéraires présentes dans ce texte

Le registre polémique

On peut considérer qu’un texte relève du registre polémique lorsqu’il comporte des passages visant à rabaisser une personne ou un groupe, considérés comme l’adversaire. Lisez notre article sur le registre polémique.

Textes et œuvres en prolongement

Robert Badinter