Polémique sur le temps d'écran

Dans ce texte polémique à charge, Michel Desmurget se sert des différents procédés de la réfutation pour mettre en cause le relativisme des médias et de l'opinion publique quant à la question des écrans. Sa thèse est mise en valeur par l'emploi d'un vocabulaire majoritairement évaluatif, et de quelques métaphores choisies avec soin.

Contributeur
A
Astrid1717
31930 points contributeur
31930

Temps d’écran : « Cessons de cultiver le scepticisme »


TRIBUNE


Michel Desmurget

Directeur de recherche en neurosciences à l’Inserm


Alors que des milliers d’études démontrent la nocivité des écrans récréatifs sur le développement cognitif, somatique et émotionnel de l’enfant, les médias continuent d’en faire un sujet de débat, estime le chercheur en neurosciences cognitives Michel Desmurget. Une cacophonie qui maintient le doute et retarde toute prise de conscience collective.


Tribune. Le premier scandale fut celui du tabac. Puis vinrent les pesticides, l’amiante, le réchauffement climatique, etc. Tous ces désastres auraient pu être anticipés. L’ensemble des preuves scientifiques requises étaient là, parfois depuis trente ans, écrasantes, convergentes et consensuelles ; mais incapables de passer la barrière médiatique.


Il faut dire que les industriels firent de gros efforts pour nier l’évidence et cultiver le scepticisme. Portés par d’immenses ressources financières, ils s’offrirent tous les experts, universitaires, lobbyistes et journalistes nécessaires à la cause. C’est ainsi que l’incertitude noya le vrai et que le bien commun s’abîma dans les fanges du profit.

Aujourd’hui, c’est au tour de l’industrie numérique d’exploiter le filon. Côté scientifique, la messe est dite : des milliers d’études démontrent l’impact causalement délétère des écrans récréatifs sur le développement cognitif, somatique et émotionnel de l’enfant (pour une synthèse, La Fabrique du crétin digital, de Michel Desmurget, Points, 2020). Pourtant, du côté des médias, le débat reste vif.


Les « experts » se succèdent et s’opposent. Les articles contradictoires se multiplient sans jamais se répondre. Au final, cette cacophonie remplit pleinement son rôle : maintenir l’équivoque et retarder autant que faire se peut toute prise de conscience collective.


Propos de comptoir

Bien sûr, le doute est une étoffe complexe, tissée de nombreux facteurs convergents. Parmi les plus efficaces, on trouve notamment une inépuisable matrice d’éléments de langage prédigérés. Ceux-ci permettent de saturer l’espace public d’arguments bateaux, universellement applicables et qui s’élèvent tellement loin au-dessus des données que ces dernières en deviennent invisibles.


C’est ainsi que tout propos contrariant devient sans délai « alarmiste », « caricatural » ou « anxiogène ». De même, toute mise en garde trop précise est prestement accusée de « diaboliser les écrans » ou de « culpabiliser les parents ». Certains évoquent carrément une « panique morale », issue d’esprits conservateurs que le progrès effraie. Rien de nouveau nous assure-t-on, toutefois. Il y a cinquante ans les détracteurs de la modernité tapaient déjà sur le rock et la bande dessinée.

Mais, concrètement, quid des études et des faits ? Quel est l’apport informatif de ces clichés fourre-tout ? Faut-il taire l’influence néfaste des écrans récréatifs sur le développement au motif que le message est déplaisant ? Et que dire du rock et de la bande dessinée. Certains les ont incriminés, c’est vrai, mais sans produire aucune preuve corroborante.

C’est toute la différence avec les écrans récréatifs. In fine, si ces propos de comptoir ont toute leur place au café du commerce, ils n’ont rien à faire dans un débat documenté, objectif et sérieux.


Dernièrement, on a aussi vu se développer une large panoplie de réfutations spécifiques dont on peut discerner l’ultime parangon dans la question du temps d’écran. Cette mesure sert de base à nombre d’études scientifiques montrant un impact défavorable des écrans sur le développement.

Elle serait cependant, selon les propos représentatifs d’une psychologue clinicienne récemment interrogée par Le Monde« sans valeur » et incarnerait « le degré zéro de l’analyse ». En effet, il faudrait distinguer les usages car « une personne peut tout à fait passer quatorze heures par jour à lire des pages Wikipédia ».

Effectivement, confirment d’autres spécialistes, les écrans peuvent être utilisés pour coder, interroger des contenus éducatifs, lire des livres au format digital, apprendre avec les « serious games », etc.


Pur sophisme

Malheureusement, ce folklore relativiste relève du pur sophisme. En effet, dans la vraie vie, lorsque l’arsenal des outils numériques actuels (tablettes, smartphones, consoles, ordinateurs, etc.) est mis à disposition des enfants et des adolescents, y compris à des fins supposément scolaires, les pratiques ne s’orientent pas vers l’idéal positif fantasmé dont on nous rebat les oreilles (quatorze heures par jour de Wikipédia, tu parles !), mais vers une orgie d’usages récréatifs dommageables.


Une large étude l’a encore souligné récemment en démontrant combien « les activités souvent citées pour invalider l’usage de l’expression temps d’écran sont rares statistiquement » (« The common sense census : media use by tweens and teens », 2019). Du reste, si tel n’était pas le cas, on ne trouverait pas des dizaines de recherches liant « temps d’écran » et déficits développementaux, notamment langagiers ou attentionnels.

En outre, personne ne s’inquiéterait de la consommation numérique des nouvelles générations. Rappelons quand même que celle-ci tourne, pour sa seule dimension récréative, à près de trois heures par jour à la maternelle, cinq heures au primaire et sept heures à l’adolescence.

Cumulé sur les dix-huit premières années d’existence cela représente l’équivalent de trente années scolaires ! Bien sûr les écrans sont aussi mobilisés pour les devoirs. Mais, là encore, l’usage s’avère minoritaire. En moyenne, les 8-12 ans consacrent treize fois plus de temps à se divertir qu’à étudier (4,7 heures versus 0,4 heure). Pour les 13-18 ans, on dépasse sept fois (7,4 heures versus 1 heure).


Néant verbeux

En résumé, l’espace médiatique regorge d’éléments de langage délusoires, plus ou moins spécifiques (les illustrations ici proposées ne sont en rien exhaustives). Ceux-ci permettent habilement d’estomper le consensus scientifique dans les brouillards de l’indétermination. Le problème, en effet, c’est qu’il est devenu très difficile, même avec la plus pure mauvaise foi, de nier frontalement la nocivité des outils numériques récréatifs qui dévorent à dose extravagante la vie de nos enfants.


Alors, pour éviter le crash industriel, on noie le problème dans un néant verbeux. On minaude, on tergiverse, on relativise. En un mot, on vend du doute. Tous les scandales passés de santé publique ont suivi ce chemin. Dire cela n’est en rien technophobe. Personne ne diabolise « les écrans » ni ne rejette les dimensions positives de l’actuelle révolution digitale.

Le problème, c’est que l’usage que nos enfants en font omet largement ces dimensions pour se concentrer sur les consommations récréatives les plus abêtissantes. Ce n’est ni une opinion personnelle, ni une hypothèse ouverte à controverse ; c’est un fait scientifique aujourd’hui établi.





Aidez-nous en contribuant
Une petite explication et on vous rend le texte, promis.
En savoir plus sur le fonctionnement de Communotext

Résumé

Michel Desmurget commence par lister les scandales sanitaires qui, comme celui des écrans, auraient pu, selon lui, être évités. Il met en cause sans détour les industriels, coupables d'avoir relégué la vérité scientifique au rang d'anecdote, et s'interroge sur la tiédeur des médias, alors que la communauté scientifique est unanime : les écrans ont des effets "délétères" sur le développement de l'enfant. A travers la métaphore de l'étoffe, il pointe le processus complexe de relativisation dont font l'objet les données scientifiques. Or, contrairement aux discours d'antan sur le rock ou la bande dessinée, les méfaits des écrans sont scientifiquement avérés. L'auteur rapporte le discours dominant qui voudrait que les écrans ne constituent pas un problème en soi car tout dépend à quelle fin ils sont utilisés : "pur sophisme", selon Michel Desmurget. Et de s'appuyer sur des études chiffrées. Il conclut en déclarant que personne ne peut nier que les écrans sont utilisés par les enfants à des fins presque exclusivement récréatives, quoi qu'en disent les médias.
Œuvre : lemonde.fr, 2 mars 2021
Auteur : Michel Desmurget
Parution : 2021
Siècle : XXIe

Thèmes

écrans, développement cognitif, éducation, science

Notions littéraires

Narration : Sans objet
Focalisation : Sans objet
Genre : Article, Tribune
Dominante : Argumentatif
Registre : Polémique
Notions : vocabulaire évaluatif, péjoratif, métaphore, réfutation

Entrées des programmes

  • 5e - Vivre en société, participer à la société : avec autrui, familles, amis, réseaux. -> Productions issues des médias et des réseaux sociaux
  • 4e - Agir sur le monde : informer, s’informer, déformer ? - textes et documents issus de la presse et des médias
  • 3e - Vivre en société, participer à la société : dénoncer les travers de la société
  • 2nde - La littérature d’idées et la presse du XIXe siècle au XXIe siècle

Les figures de style et procédés d'écriture

Aucun élément n'a encore été signalé sur ce texte.
    Signaler une figure de style/un procédé d'écriture

    Approfondir les notions littéraires présentes dans ce texte

    Le registre polémique

    On peut considérer qu’un texte relève du registre polémique lorsqu’il comporte des passages visant à rabaisser une personne ou un groupe, considérés comme l’adversaire. Lisez notre article sur le registre polémique.