Baudelaire, Les Fleurs du Mal : “La Beauté”

Dans ce sonnet, Baudelaire dresse une allégorie de la beauté en figure hiératique et froide, face à laquelle le poète n’est qu’un être inférieur, voué à l’idolâtrer sans jamais pouvoir l’atteindre.

Contributeur
A
Astrid1717
31930 points contributeur
31930

Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre,

Et mon sein, où chacun s'est meurtri tour à tour,

Est fait pour inspirer au poète un amour

Eternel et muet ainsi que la matière.


Je trône dans l'azur comme un sphinx incompris ;

J'unis un cœur de neige à la blancheur des cygnes ;

Je hais le mouvement qui déplace les lignes,

Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.


Les poètes, devant mes grandes attitudes,

Que j'ai l'air d'emprunter aux plus fiers monuments,

Consumeront leurs jours en d'austères études ;


Car j'ai, pour fasciner ces dociles amants,

De purs miroirs qui font toutes choses plus belles :

Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles !

 

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, « Spleen et idéal », XVII, 1857

Aidez-nous en contribuant
Une petite explication et on vous rend le texte, promis.
En savoir plus sur le fonctionnement de Communotext

Résumé

Dans le premier quatrain, la Beauté s’adresse aux hommes en tant que muse intemporelle. Dans le second, Baudelaire la compare à un sphinx puis à un cygne, dépourvu d’émotion et de vie. La Beauté, dans les tercets, se pose en figure non seulement dominatrice et inaccessible, mais aussi trompeuse en ce qu’elle offre au poète une vision déformée de la réalité.
Œuvre : Les Fleurs du Mal
Auteur : Charles Baudelaire
Parution : 1857
Siècle : XIXe
Place de l'extrait dans l'œuvre : section “Spleen et idéal”

Thèmes

beauté, idéal, figure du poète

Notions littéraires

Narration : Sans objet
Focalisation : Externe
Genre : Poésie
Dominante : Descriptif
Registre : Sérieux, Solennel
Mouvement : Romantisme, Parnasse
Notions : sonnet, allégorie, prosopopée, comparaison, parallélisme, valeurs du présent, enjambement

Entrées des programmes

  • 3e - Regarder le monde, inventer des mondes : visions poétiques du monde - poème pour faire comprendre la diversité des visions du monde correspondant à des esthétiques différentes

Les figures de style et procédés d'écriture

  • Comparaison
    Fatima
Signaler une figure de style/un procédé d'écriture

Textes et œuvres en prolongement

“L’Idéal”, Baudelaire ; “Pourquoi la sculpture est ennuyeuse”, Baudelaire (in Salon de 1846); “Le peintre de la vie moderne”, Baudelaire ; “La Nue”, Théophile Gautier ; “L’Art”, Théophile Gautier ; Le David de Michel-Ange ; Ingres, “Jupiter et Thétis”