Alice Ferney, Grâce et dénuement : Le livre, un objet magique

Dans cet extrait, Alice Ferney décrit la magie de la lecture, et le mystère constitué par l’objet-livre. La détresse des mères analphabètes et l’appétit de savoir des enfants éloignés de l’école suscitent étonnement et compassion chez la jeune institutrice, héroïne du roman.

Contributeur
A
Astrid1717
31930 points contributeur
31930

 Quand ils avaient les livres pour eux seuls, ils ne les lisaient pas. Ils s’asseyaient, les tenaient sur leurs genoux, regardaient les images en tournant les pages délicatement. Ils touchaient. Palper doit être le geste qu’on fait quand on possède, car c’était ce qu’ils faisaient, palper, soupeser, retourner l’objet dans tous les sens. Assis par terre, les enfants se chamaillaient parce que l’un d’entre eux gardait le livre trop longtemps. Puis les femmes, Angéline la première, le prenaient à leur tour. Quelquefois Lulu venait en dernier, il déchiffrait des mots qu’il répétait dans sa tête. Personne ne pouvait lire. Les mères, qui reconnaissaient les lettres et certains mots, ne comprenaient pas le sens des phrases entières. Le livre les débordait, venait à bout de leur tête à peine avait-il commencé de se dérouler. Nadia en pleura : non décidément il n’y avait pas moyen de comprendre même en s’appliquant, elle butait sans arrêt, ne savait plus ce qu’elle lisait, avait oublié dans l’élan pour lire la suite ce qu’elle avait lu avant. Elle était recroquevillée sur les gros caractères noirs, selon ce réflexe usuel que l’on a d’approcher les yeux quand on accroche. Les enfants n’écoutaient rien. « Esther lit mieux que toi ! », dit Sandro. Nadia n’essaya plus de lire pour eux. Ils gardaient les livres comme des talismans. Le mercredi suivant ils les rendaient à Esther. « On te les a chourés, t’as rien vu, t’as rien vu ! T’es qu’une gadjé ! » Et Esther riait, parce que c’était incroyable, elle faisait attention, elle connaissait leur manège, elle cachait la caisse, et elle ne s’apercevait jamais de rien. Quand ils voulaient s’amuser, ils lui montraient le livre sans lui donner. Alors elle les poursuivait autour des caravanes et finissait par les attraper (parce qu’ils ne pouvaient plus courir à force de rire). Ils aimaient ce jeu et leurs mères ne jouaient pas. Quand Esther courait, ou bien se cachait pour surprendre un des enfants, les femmes hochaient la tête. « Qu’est-ce qu’elle fait ? disaient-elles. C’est une gamine ! » (...)

 Les mères étaient fières de les voir heureux avec des livres. Quels secrets y avait-il dans les mots les uns contre les autres ? Elles pensaient que c’en était plein.

 

Alice Ferney, Grâce et dénuement, 1997

Aidez-nous en contribuant
Une petite explication et on vous rend le texte, promis.
En savoir plus sur le fonctionnement de Communotext

Résumé

Alice Ferney commence par décrire la façon dont les enfants (appartenant à une communauté gitane marginalisée) manipulent les livres comme s’il s’agissait d’objets précieux. Puis elle se concentre sur les mères, honteuses et frustrées de ne pas pouvoir faire la lecture à leurs enfants. Enfin, elle aborde la complicité existant entre les enfants et la bibliothécaire : un lien qu’elle ne peut en revanche créer avec leurs mères…
Œuvre : Grâce et dénuement
Auteur : Alice Ferney
Parution : 1997
Siècle : XXe

Thèmes

lecture, objet, analphabétisme, illétrisme, communautarisme

Notions littéraires

Narration : 3e personne
Focalisation : Omnisciente
Genre : Roman
Dominante : Narratif
Registre : Lyrique, Pathétique
Notions : énumération

Entrées des programmes

  • 2nde - Le roman et le récit du XVIIIe au XXIe siècle

Les figures de style et procédés d'écriture

Aucun élément n'a encore été signalé sur ce texte.
    Signaler une figure de style/un procédé d'écriture