Albert Cohen, Le livre de ma mère - Incipit

Contributeur
P
Philomène
150 points contributeur
150

 Chaque homme est seul et tous se fichent de tous et nos douleurs sont une île déserte. Ce n’est pas une raison pour ne pas se consoler, ce soir, avec des mots. Oh, le pauvre perdu qui, devant sa table, se console avec des mots, devant sa table et le téléphone décroché, car il a peur du dehors, et le soir, si le téléphone est décroché, il se sent tout roi et défendu contre les méchants du dehors, si vite méchants, méchants pour rien.


 Quel étrange petit bonheur, triste et boitillant mais doux comme un péché ou une boisson clandestine, quel bonheur tout de même d’écrire en ce moment, seul dans mon royaume et loin des salauds. Qui sont les salauds ? Ce n’est pas moi qui vous le dirai. Je ne veux pas d'histoires avec les gens du dehors. Je ne veux pas qu'on vienne troubler ma fausse paix et m'empêcher d'écrire quelques pages par dizaines ou centaines selon que ce cœur de moi qui est mon destin décidera. J'ai résolu notamment de dire à tous les peintres qu'ils ont du génie, sans ça ils vous mordent. Et, d'une manière générale, je dis à chacun que chacun est charmant. Telles sont mes mœurs diurnes. Mais dans mes nuits et mes aubes je n'en pense pas moins.


 Somptueuse, toi, ma plume d’or, va sur la feuille, va au hasard tandis que j’ai quelque jeunesse encore, va ton lent cheminement irrégulier, hésitant comme en rêve, cheminement gauche mais commandé. Va, je t’aime, ma seule consolation, va sur les pages où tristement je me complais et dont le strabisme morosement me délecte. Oui, les mots, ma patrie, les mots, ça console et ça venge. Mais ils ne me rendront pas ma mère. Si remplis de sanguin passé battant aux tempes et tout odorant qu’ils puissent être, les mots que j’écris ne me rendront pas ma mère morte. Sujet interdit dans la nuit. Arrière, image de ma mère vivante lorsque je la vis pour la dernière fois en France, arrière, maternel fantôme.

Aidez-nous en contribuant
Une petite explication et on vous rend le texte, promis.
En savoir plus sur le fonctionnement de Communotext
Œuvre : Le livre de ma mère
Auteur : Albert Cohen
Parution : 1954
Siècle : XXe

Thèmes

mal, mots, sentiments, drame familial

Notions littéraires

Narration : 1re personne
Focalisation : Sans objet
Genre : Autobiographie
Dominante : Argumentatif
Registre : Lyrique
Notions : présent d'énonciation, personnification

Entrées des programmes

  • 3e - Se chercher, se construire : se raconter, se représenter

Les figures de style et procédés d'écriture

  • hyperbole
    Leila Zara
Signaler une figure de style/un procédé d'écriture